Logo Mortadelle Favola

JAMES MAGAZINE : MORTADELLE, COMBINAISONS DE CONTE DE FÉES

James Magazine - High Things, tra Bellezza, Arte e Champagne

James Magazine est dédié au plaisir du luxe, entre champagne et grands vins, art, restaurants, voyages, « resorts » exclusifs, spiritueux, cigares.

Ce 22 décembre, Eros Teboni y rédige un bel article sur la Mortadella Favola de Salumificio Palmieri.

Dans son article, il propose un accord des différentes présentation de la Mortadelle Favola avec quatre cuvées :

Mortadelle Favola sur planche et couteau

INTRO :

Le « Panino » [sandwich] à la mortadelle est gravé dans l’imaginaire de nos moments heureux. C’est une charcuterie avec laquelle tout le monde est d’accord et nous ne sommes pas les seuls à le penser, ses arômes et sa bonté sont connus depuis l’époque de Pline l’Ancien.

Et c’est précisément le chroniqueur et homme de lettres qui vécut entre 23 et 79 après JC, qui nous raconte comment les Romains, au Ier siècle, mangeaient déjà une charcuterie très semblable à la mortadelle, qu’ils appelaient farcimen murtatum, une saucisse de porc à base de viande finement hachée, préparée au mortier, parfumée à la myrte.

Déjà en vogue en Émilie à l’époque impériale romaine, elle accompagnait l’alimentation de nos ancêtres au cours des siècles suivants, à tel point qu’au Moyen Âge, pour souligner sa valeur, elle était marquée d’un sceau de cire. Une charcuterie si délicieuse qu’elle a été mentionnée par Giovanni Boccace dans le Décaméron, confirme Giovanni Ballarini, professeur émérite et historien de l’alimentation, qui continuera à égayer la table jusqu’à nos jours.

LIRE L’ARTICLE DE JAMES MAGAZINE

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire